• Philosophie,
  • Recherche,
  • Santé,

Journée d'étude | Mythes de l'intériorité : de la critique d'un mythe à un autre

Evènement | 8 février 2019

Vendredi 08 février de 9h à 18h

La philosophie du langage a ouvert des voies originales dans la critique du solipsisme épistémique et sémantique. Le livre de Jacques Bouveresse Le mythe de l’intériorité sur la signification et le langage privé chez Wittgenstein a fait date. Quelles peuvent être les implications politiques d’une telle critique ? Peut-on passer d’une critique d’un mythe de l’intériorité épistémique et linguistique à celle d’un mythe de l’intériorité politique ? Ainsi, l’internationalisme juridique de Bentham s’appuie sur sa critique des fictions et le cosmopolitisme d’Habermas puise dans un modèle de la communication. On peut discuter de l’influence de Wittgenstein sur la critique du solipsisme étatique par Kelsen ou chercher des modèles cosmopolitiques dans la critique de l’internalisme sémantique et la traduction radicale de Quine. L’attachement aux significations d’un langage ordinaire et partagé traverse l’internationalisme de Michael Walzer.

Toutefois, un tel passage ne va pas de soi. Des internationalistes convaincus peuvent revendiquer les vertus du solipsisme épistémique comme Russell ou, à l’inverse, des critiques du solipsisme épistémique peuvent refuser des modèles cosmopolitiques, comme Thomas Nagel. La critique du mythe de l'intériorité d’inspiration wittgensteinienne peut conduire à des formes de communautarisme qui peuvent être vues comme l'expression d'un mythe de l'intériorité politique. La question peut être adressée aux travaux de Vincent Descombes. On pourra aussi arguer que diverses critiques du solipsisme politique sous ses diverses formes (critiques du stato-centrisme, du nationalisme –méthodologique-) ne doivent rien à la philosophie du langage.

Cette journée d'étude vise à explorer les liens entre critiques d’un mythe de l'intériorité sémantique et celles d’un mythe de l'intériorité politique ou plus largement les liens entre modèles linguistiques et modèles internationalistes ou cosmopolitiques.
Pourquoi et comment un tel passage est-il refusé ou recherché ? Un tel passage de la critique est-il inutile ? Futile ? Pertinent ? Fertile ? Que peut-on attendre de l'analyse linguistique en philosophie politique et sur le cosmopolitisme ? Que peut-on en attendre ? Un fondement ? Une condition ? Un modèle ? Une méthode ? Une analogie ? Peut-on aller plus loin et parler d’un externalisme politique sur le modèle de l’externalisme sémantique ?

Document(s) à télécharger

INFOS PRATIQUES

Lieu(x)
Université Jean Moulin Lyon 3
Salle Caillemer
1 rue de l'Université
69007 Lyon
Contact

Isabelle Delpla
isabelle.delpla@univ-lyon3.fr

Type

Colloque / Séminaire

Thématique

Philosophie, Recherche, Santé

Partenaires

Université de Lyon
Université Jean Moulin Lyon 3
Institut de Recherches Philosophiques de Lyon (IRPhiL)
LABEX COMOD